Au Pays des Humains Une Croisière sur l'Orénoque

Comment j'ai profité des installations d'un navire de luxe pour approcher les méandres du fleuve Orénoque au Vénézuela, les plages enchanteresses des Iles Grenadines, la beauté de la mangrove à Tobago, et partir à la découverte d'Humains...

Préface

Publié dans 1 Preface

Ecoutez la Musique associée à l'article

 


De ce jour là je me souviens, du silence à bord du zodiac ; du fourmillement de vie tout autours et du miroir opaque de l’eau brune sur laquelle nous glissions.

 

Je me souviens des jacinthes d’eau vers le rivage et des cormorans sur les frondaisons.

 

Je me souviens de la curiosité d’une famille de singes hurleurs qui nous a regardé passer, de son indignation silencieuse peut-être, consécutive à notre présence, et du ballet affairé des chauves-souris  au point du jour.

 

Je me souviens avoir cherché les yeux des caïmans, et avoir aimé regarder ailleurs pendant que tous étaient tournés vers la même direction.

 

Je me souviens de mon frémissement.

 

Je me souviens de mon excitation et des deux dauphins roses, véritables cadeaux repérés par bonheur au creux d’un rio.

 

Je me souviens ne plus avoir pensé, avoir respiré avec délectation cet air précieux et éphémère.

 

Et je me souviens avoir souris.

 
                                                                     ****************************************

 

 

J’ai de l’admiration et une tendresse particulière pour les personnes qui réalisent leurs rêves.

 

Rémy Genevaz, enfant déjà, voulait être capitaine d’un bateau. Il a été celui du Levant sur cette croisière. Cécile Damecour est partie pendant 7 mois, sac au dos et loin de ceux qu’elle aimait pour un tour du monde. Philippe Lesné s’est installé au Panama et organise des expéditions au cœur du Venezuela à la rencontre des amérindiens et de leur culture. Laurent Brucy, oiseleur émérite, vit en France dans un Colombier et part chaque année en Guyane Française pour mener à bien, et à titre privé, un travail de baguage qui lui tient à cœur ; partageant les aléas de cette expédition avec Alain Kim, happyculteur de profession et herpetophile de cœur.

 

Ce même Alain m’a avoué «Cette croisière fut pour moi une vrai découverte : rencontre avec la Nature, rencontre avec des Humains à bord d'un navire. C'est étonnant. »

 

Ma passion à moi est l’écriture, et mon rêve est qu’elle puisse servir à vous faire découvrir des personnalités uniques et ces paysages merveilleux que j’ai eu le privilège  d'arpenter au cours de cette croisière sur l’Orénoque.

 

Embarquer à bord d’un navire, c’est déjà faire un voyage.

 

Un voyage au pays des Humains.

commentaires {4} - Ajouter un commentaire
Publié à 23:00, le 30 juin 2009, orénoque
Mots clefs : Rémy GenevazCécile DamecourAlain KimLaurent BrucyPhilippe LesnéHumainsdauphins rosescaïmanscormoranssinges-hurleurs

Au Commencement étaient les filles

Publié dans Bêtisier


- Bonsoir les filles !

- Bonsoir JES !

- J’ai une mission pour vous les filles.

 

L’un de mes plus proches amis dirige une Compagnie de croisière de luxe. Depuis peu, des jeunes gens participent également à ces croisières. Je vous demande de vous faire passer pour des employées de cette compagnie venant en vacances sur le Levant et de découvrir qui sont ces jeunes gens et pourquoi ils viennent.

 

Voici vos identités secrètes : Carole, tu seras Carole, assistante marketing.

 

Valérie, tu seras Valérie, comptable. Et Cécile… tu seras Cécile, intervenante extérieur.

 

Un détail : Cécile et Carole vous partagerez une cabine et Valérie, tu partageras la tienne avec Bosley qui se fera passer pour ton père.

 

 

Carole, tu seras une jeune femme qui se méfie de la pathologique propension de sa nature à l’excessivité et préfère fermer sa bouche. Mais tu ouvriras les yeux ! Tu seras mariée. Tu pourras ainsi t’esquiver pour m’envoyer des messages sous couvert de donner de tes nouvelles à ton mari. Donc, pas question de draguer !

 

- Oh……JES !!!!

 

Valérie, tu es jeune et blonde, personne ne se méfiera de toi. Reste nature. Ce sera une couverture parfaite.

 

Cécile, tu fais de l’informatique, tu seras donc l’intellectuelle du groupe et la photographe.

 

Bonne chance les filles !

 

- Merci JES !

commentaires {2} - Ajouter un commentaire
Publié à 23:06, le 29 juin 2009, Marseille
Mots clefs : Carole PieroniValérie JaubertCécile Damecour

Jour 1 - Fort-de-France (Martinique) - Envie d'épices

Publié dans 2 Martinique


Une envie d’épices et d’étals colorés taraudait mon esprit assoiffé de métropolitaine à la descente de l’avion. Envie de paysages en fleurs et de mers turquoise offertes à mon appétit, d’hommes et de femmes dansant le zouk, envie d’ivresse, envie… d’un parapluie !

Pluie tropicale tel est ton nom ! Ni mes souliers ni les vêtements collés à mon corps ne surent te résister…

Bien calée au fond du bus, libre de mes valises et de mes pensées, je prenais plaisir à regarder.

Farewell  Aéroport du Lamentin ! Je te reverrai bien assez tôt !

Direction Fort de France, son quai d’embarquement, le Levant et ses promesses…


                           ****************************************

 

Où était Cécile ?

Au débours du bus je cherchais du regard ma co-cabinière absente.

Ce pourrait-il qu’elle soit sur les docks ? Non, ce n’était pas parce qu’elle avait payé ses études d’ingénieur maritime à Londres en faisant le docker, qu’elle traînait forcément sur les docks Martiniquais à la recherche de souvenirs et d’odeurs envolés !

Ah ! Elle était là, à l’entrée des quais, silhouette menue attendant le laissez-passer des autorités portuaires pour nous rejoindre.

Je me tournais vers Valérie et son père. Nous étions tous là maintenant. J’étais prête à embarquer.

 

La pluie commençait de s’amenuiser et les néo passagers avaient déjà tous embarqué. J’étais la dernière. Faisant patienter le Commandant et ses marins, réunis en haut de la coupée pour nous accueillir, je ne me pressais pas… Je voulais tout d’abord saluer Virginie, notre directrice de croisière, que j’avais eu le plaisir de rencontrer au détour d’un couloir et d’un coup de téléphone.

Enfin mon culot et moi-même fûmes à bord, salués et saluant en retour le séduisant pacha et son état-major......

(à suivre)

commentaires {1} - Ajouter un commentaire
Publié à 22:00, le 27 juin 2009, Fort-de-France
Mots clefs : Rémy GenevazVirginie Le Bleisle LevantChristian JaubertValérie JaubertCécile Damecourepices

Jour 1 - Martinique: Accepter les bonnes choses

Publié dans 2 Martinique


L’intérieur de l’élégant navire était un rêve bleu. Bercées dès l’abord entre Klein et Baudelaire, Valérie, Cécile et moi-même riions déjà de plaisir en découvrant nos cabines. Indispensable, un miroir courait sur un mur entier! En face, nos lits et deux grandes armoires s’apprêtaient à recevoir nos corps fatigués et nos robes du soir frétillantes de bientôt se montrer. Une salle de bain attendait, juxtaposée à une télévision que nous nous apprêtions à bouder . Un large hublot nous permettait d’admirer à loisir la vue sur Fort-de-France, mais la vue la plus belle était sans hésitation celle du sourire de Cécile qui reflétait la contraction sans fin de mes zygomatiques ébahis !

Il me sembla que dans cet écrin raffiné, mes pensées et mes gestes même allaient devoir être recherchés !

PUTENTRAILLES ! J’allais devoir me surveiller !

 

Après avoir fait notre devoir en rebondissant sur nos matelas, Cécile et Io sommes parties à l’aventure sur ce navire qui pour 7 jours nous appartenait, récupérant au passage Valérie, ravie des échantillons miniatures de produits l’Occitane laissés à disposition dans sa salle de bain.

 

Sur le pont du Levant fendant la nuit et les eaux Martiniquaises, Valérie interrogeait Cécile :

« - Qu’est-ce que tu fais ?

- Je filme

- Quoi ?

- Le silence…

- Ah ! Donc il ne faut pas que je parle ?

- Ben, non ça serait mieux !

- Bon, ben c’est trop tard !

- Ben oui, c’est trop tard ! 

- En même temps, ça fera des souvenirs…

- Ben oui ! »

 

Et ce fut avec quelques souvenirs dans notre besace que nous rejoignîmes le Grand Salon où Virginie nous attendait pour une présentation de la croisière et de nos intervenants.

Mais dans quelques minutes à peine, aurait lieu l’exercice d’abandon, obligatoire sur tout navire, et regrettable pour mon image…

 

 

       





 


Enfin, vint le temps du dîner. Il était minuit passé, heure Marseillaise, et je n’allais pas tarder à me transformer en légume.

La table était splendide, dressée avec recherche, et la fébrilité des convives laissait espérer que les couverts ne tarderaient pas à servir !

Nous faisions connaissance avec nos compagnons d’aventure, Valérie, Christian et Cécile agitaient les lèvres de manière fort civile, mon cœur emporté par le tangage rejoignait les miennes, mes paupières se fermaient indécemment, les mets se faisaient flous, le vin me narguait de sa lumière grenat, soudain mes fesses se levaient et ma bouche prononçait ces mots impérissables : « Euh… Là faut qu’j’y aille !... Désolée ! »

Je dansais jusqu’à ma cabine où je tombais sur mon lit au hasard d’une vague friponne.

Ma tenue de nuit s’empara toute seule de mon corps et je me glissais entre les draps pour ma première nuit sur un navire de luxe.

 

commentaires {0} - Ajouter un commentaire
Publié à 23:00, le 26 juin 2009, Fort-de-France
Mots clefs : Yves kleinBaudelairele LevantCarole PieroniValérie JaubertCécile Damecour

Jour 2 - Man of War Bay -Tobago : L’esprit plus fort que le corps

Publié dans 3 Tobago


Si vous souhaitez programmer un réveil avec votre téléphone, composez le *55 et les 24 heures (par exemple pour un réveil à 7h00, vous composez le *550700)Si vous souhaitez ne pas être réveillée et agoniser tranquillement sur le sol de votre cabine de luxe composez le 1, si votre co-carabinière  vous incite gentiment à déblayer le passage composez le 2…

Les ors du décor de notre cabine avaient passé une longue nuit, dérangés par mes papotements incessant avec mes nouveaux amis en papier.

Tandis qu’à La Passerelle le Commandant espérait la visite de quelques passagers, lesdits passagers espéraient la visite du médecin de bord.

Après une longue discussion entre filles sur le bien-fondé d’une sortie en short ou plutôt en pantalon long, Valérie, Cécile et moi-même zappèrent d’autorité « la réunion sur les procédures de débarquement en zodiac, et l’organisation des excursions sur l’Orénoque au Grand Salon » pour aller picorer quelques menus fruits-yaourts-omelette-pancakes au chocolat au restaurant.

Au diable également la Conférence de Mister B. au Grand Salon ! A quoi bon « la découverte de la mangrove et de ses habitants » ? Une mer d’émeraude et des dauphins joueurs nous attendaient au grand air !

Extraits par la seule force de notre volonté des couloirs douillets de notre navire, nos corps reconnaissants reprenaient doucement possession de leurs sensations.

Loin au-dessus de nos chefs voguaient de majestueuses frégates. Alizés et zéphirs jouaient pour nous un concerto. Sur nos lèvres flottaient un sourire et sous les eaux d’audacieux delphinidés dansaient une sarabande.

C’était notre second jour de croisière, et nous étions arrivées à Man of War Bay !

 (à suivre..)

commentaires {1} - Ajouter un commentaire
Publié à 23:00, le 25 juin 2009, Charlotteville
Mots clefs : Valérie JaubertCécile DamecourTobagodauphins

Page précédente Page suivante

Rubriques
- 1 Preface
- 2 Martinique
- 3 Tobago
- 4 Orénoque et Légendes
- 5 Orénoque Curiapo
- 6 Orénoque Puerto Ordaz
- 7 Trinidad
- 8 Grenadines
- 9 Vie à bord
- aparté
- Bêtisier
- Remerciements
- Telecharger le pdf

Accueil
Qui suis-je ?
Livre d'or
Album photos


Le blog de Laurent Brucy
Un ruban vert pour la Guyane
Le tour du monde de Cécile
L'Happyculteur
Amnesty International
Le blog de Philippe Lesné

La carte des lieux visités





Mon itinéraire
Archives
Mes amis
Derniers articles
- Préface
- Au Commencement étaient les filles
- Jour 5 - Venezuela - Présentation du Levant
- Jour 1 - Fort-de-France (Martinique) - Envie d'épices
- Jour 1 - Martinique: Accepter les bonnes choses




Newsletter

Saisissez votre adresse email