Au Pays des Humains Une Croisière sur l'Orénoque

Comment j'ai profité des installations d'un navire de luxe pour approcher les méandres du fleuve Orénoque au Vénézuela, les plages enchanteresses des Iles Grenadines, la beauté de la mangrove à Tobago, et partir à la découverte d'Humains...

Préface

Publié dans 1 Preface

Ecoutez la Musique associée à l'article

 


De ce jour là je me souviens, du silence à bord du zodiac ; du fourmillement de vie tout autours et du miroir opaque de l’eau brune sur laquelle nous glissions.

 

Je me souviens des jacinthes d’eau vers le rivage et des cormorans sur les frondaisons.

 

Je me souviens de la curiosité d’une famille de singes hurleurs qui nous a regardé passer, de son indignation silencieuse peut-être, consécutive à notre présence, et du ballet affairé des chauves-souris  au point du jour.

 

Je me souviens avoir cherché les yeux des caïmans, et avoir aimé regarder ailleurs pendant que tous étaient tournés vers la même direction.

 

Je me souviens de mon frémissement.

 

Je me souviens de mon excitation et des deux dauphins roses, véritables cadeaux repérés par bonheur au creux d’un rio.

 

Je me souviens ne plus avoir pensé, avoir respiré avec délectation cet air précieux et éphémère.

 

Et je me souviens avoir souris.

 
                                                                     ****************************************

 

 

J’ai de l’admiration et une tendresse particulière pour les personnes qui réalisent leurs rêves.

 

Rémy Genevaz, enfant déjà, voulait être capitaine d’un bateau. Il a été celui du Levant sur cette croisière. Cécile Damecour est partie pendant 7 mois, sac au dos et loin de ceux qu’elle aimait pour un tour du monde. Philippe Lesné s’est installé au Panama et organise des expéditions au cœur du Venezuela à la rencontre des amérindiens et de leur culture. Laurent Brucy, oiseleur émérite, vit en France dans un Colombier et part chaque année en Guyane Française pour mener à bien, et à titre privé, un travail de baguage qui lui tient à cœur ; partageant les aléas de cette expédition avec Alain Kim, happyculteur de profession et herpetophile de cœur.

 

Ce même Alain m’a avoué «Cette croisière fut pour moi une vrai découverte : rencontre avec la Nature, rencontre avec des Humains à bord d'un navire. C'est étonnant. »

 

Ma passion à moi est l’écriture, et mon rêve est qu’elle puisse servir à vous faire découvrir des personnalités uniques et ces paysages merveilleux que j’ai eu le privilège  d'arpenter au cours de cette croisière sur l’Orénoque.

 

Embarquer à bord d’un navire, c’est déjà faire un voyage.

 

Un voyage au pays des Humains.

commentaires {4} - Ajouter un commentaire
Publié à 23:00, le 30 juin 2009, orénoque
Mots clefs : Rémy GenevazCécile DamecourAlain KimLaurent BrucyPhilippe LesnéHumainsdauphins rosescaïmanscormoranssinges-hurleurs

Jour 3 - Venezuela - Caimans et sortie nocturne

Ecoutez la Musique associée à l'article

 

 

Nous étions dans le groupe Perroquet.

Nous n’étions pas vexées.

(Après tout, Winston Churchill lui-même avait un perroquet prénommé Charlie à qui il avait appris quelques insultes...)

C’était juste que nous avions quelque peu faim... (Nous étions le second groupe à partir en excursion !).

Nous embarquâmes donc héroïquement sur le zodiac aux alentours de l’heure de dîner + dix bonnes minutes ...

Le zodiac était guidé par Laurent Brucy.

Sa mission : nous montrer un ou plusieurs caïmans, à lunette ou sans.

La notre : nous laisser conduire et profiter de ces instants magiques sur ce fleuve légendaire !

                                                     *****

L’air chaud caressait mon visage et faisait virevolter les petits cheveux à la base de ma nuque.

Les mèches couleur châtaigne de Cécile semblaient voler autour d’elle, faisant un halo à ses yeux rieurs émerveillés.

Valérie était à mes côtés, blottie contre son père, craignant une nouvelle rencontre avec les araignées.

Le zodiac glissait sur les eaux brunes sur lesquelles se reflétaient les faisceaux de lumière éloignés balancés par les zodiacs concurrents.

A l’intérieur du rio, tout semblait calme à nos yeux de citadins.

Dans les arbres et sur les berges, quelques froissements nous parvenaient, amplifiés par l’attente tendue de nos corps.

Une silhouette venait de passer au coin de mon œil. Une autre la rejoignait.

C’était à un ballet fantasmagorique que nous conviaient les chauve-souris.

Dans mon corps résonnait la Première Gnossienne d’Erik Satie. Air de piano. Air de plaisir.

Les caïmans pouvaient bien aller se rhabiller.


                                                    *****

-Carole !

- Mmm !

- Carole, surtout ne bouge pas !

C’était à contrecoeur que je m’extirpais de mes rêveries à l’appel de Valérie.

Je remarquais aussitôt que les lumières autour de nous avaient été éteintes.

- Tiens ! Sale bête !

En écrasant cette guêpe qui me menaçait,  Valérie venait de me sauver d’une douloureuse piqûre.

Point de moustique sur cet Orénoque. Mais quelques guêpes attirées par nos lumières électriques.

Appliquant les consignes de sécurité en cas de visite de ces animaux trop curieux, Laurent nous avait plongés dans l’obscurité, nous qui étions déjà plongés dans un autre monde.

L’œil exercé du naturaliste ne tarda cependant pas à repérer un innocent saurien, qui fut pendant quelques minutes l’involontaire sujet de nos exclamations et de notre curiosité.

Il fut bientôt l’heure de rentrer à bord de notre navire.

Une chose incroyable s’était cependant produite. L’un des passagers n’avait pas vu le caïman !

Que faire ?

Depuis qu’il naviguait sur le Levant, Laurent Brucy avait mis un point d’honneur à montrer aux passagers les merveilles de la nature vénézuelienne. Il était impensable que l’un d’entre eux ne fût pas satisfait !

Nous délaissâmes donc le Levant pour traverser le fleuve Orénoque en direction de la berge opposée, à la recherche d’un de ces coquins de sauriens.

Mister B. n’abandonne jamais.

M’accrochant aux cordes de notre véhicule motorisé, je renversais la tête pour mieux profiter de ce ciel étoilé incroyable qui veillait sur nous.

La voix douce et bienveillante de Norah Jones vola la vedette à Mister Satie, et ce fut sur un air jazzy que s’acheva notre épopée, le Zodiac, dompté, étant revenu à l’amble sous les doigts experts de son cavalier.


commentaires {1} - Ajouter un commentaire
Publié à 22:53, le 13 juin 2009, orénoque
Mots clefs : Eric SatieCarole PieroniValérie JaubertCécile DamecourLaurent Brucycaïmans

Jour 5 - Venezuela- Orinoco - Reveil matinal

Publié dans 9 Vie à bord


- Maganda oumaga !

- Euh... bonjour aussi !...Ca va ?...

 

Le dialecte philippin avec lequel je venais de saluer Laurent n’était pas un effet secondaire de l’heure matinale (5h du matin), mais, comme n’allait pas tarder à l’apprendre le guide à la casquette, un de mes passe-temps favoris : la collecte des p’tites phrases qui font plaisir ! Originales et en langue étrangère de préférence !

 

Les serveurs sur le bateau étant originaires des Philippine, j’avais appris subrepticement de notre pilote Venezuelien (Philippine, Venezuela... oui je sais ça devient compliqué ) monté à bord 2 jours plus tôt, ces quelques mots.

Je m’ingéniais donc à parsemer mes repas de « salamac = merci », espérant secrètement une double portion d’entremêt chocolaté (oui, pas de gâteau au chocolat sur le Levant, nous avions affaire à  un 4 étoiles ! )

Ce que je ne savais pas, c’était que ces mots étaient un dialecte et qu’en fait les serveurs parlaient espagnol ou anglais...

En tout cas, cela les avait bien surpris...

 

C’était donc toute fière de moi que j’attendais mes collègues encore embrumées de sommeil dans le salon... que j’attendais... que j’attendais!!!... que j’attendais.........

25 mn après, elles étaient bien là, parfaitement pomponnées pour notre sortie en zodiac sur les eaux brunes de l’Orénoque.

Question zodiac, nous avions raté Laurent, mais nous avions gagné José !

Et ce fut bercées par le rythme de son accent hispanique que nous partîmes à la découverte des habitants de l’aube...

 

(à suivre...)

commentaires {1} - Ajouter un commentaire
Publié à 22:32, le 3 juin 2009, orénoque
Mots clefs : dialecteLaurent Brucy

Jour 5 - Venezuela- El Toro - Jeux de patience

Publié dans 9 Vie à bord

 

A l’Accueil :

-Bonjour, je voudrais le Trivial Poursuit s’il-vous-plait... Ah oui, le Genius !... Au moins !  ;-)

 

Dix minutes après :

Valérie : « Carole, arrête de gagner ! »

 

Quinze minutes après :

Valérie : « Carole, arrête de gagner ! »

 

Vingt minutes après :

Valérie : « Carole, arrête de gagner !... Bon !... On joue à autre chose ? »

 

A l’accueil, toujours :

-Re-bonjour donc ! Je voudrais le Scrabble s’il-vous-plait... Vous avez une édition Génius ? ;-)

 

Dix minutes après :

Carole : « Valérie, tu joues quand ?... »

 

Quinze minutes après :

Carole : « Cécile... Valérie, elle joue quand ?... »

 

Vingt minutes après :

Carole : « Christian, tu joues... quand ?... »

 

Vingt-cinq minutes après :

Carole : « Vous m’excusez, je vais me laver les dents... »

 

Quarante minutes après :

Carole : « Suis désolée, j’ai prit mon temps... Ah !...vous attendez toujours Christian... Je crois que je vais aller voir si ils ont pas X-Men à l’Accueil... Si si je vous jure, le jeune barman il ressemble à Cyclope !... Laurent, arrête de rire ! Cécile aussi d’ailleurs! Merci ... »

 

commentaires {1} - Ajouter un commentaire
Publié à 22:02, le 29 mai 2009, El Toro
Mots clefs : Christian JaubertValérie JaubertCécile DamecourLaurent Brucy

Jour 5 - Venezuela- El Toro - Discovery channel

Publié dans 9 Vie à bord


Un après-midi sur le Levant, c’est comme regarder Discovery Channel sur grand écran et à 360°.

Vous avez le confort, la possibilité d’assister à des conférences fascinantes (et en français) et de siroter ensuite un long drink en compagnie des explorateurs, toujours disponibles.

Que vous assistiez aux aventures de Philippe à la rencontre des Yanomami, tribu d’Amérindiens installés dans des contrées reculées du Venezuela, ou aux expéditions d’Alain et de Laurent au cœur du Parc National de Guyane Française, vous vous laisserez facilement happés par leurs univers, leurs peurs, leurs déboires, leurs émerveillements, et leurs imitations du cri des engoulevents ou des singes hurleurs.

Quand à celui de José Hernandez, vous êtes déjà plongés dedans, car son pays c’est le Venezuela. Et nul mieux que lui ne pourra vous parler des festivités et musiques locales, ou vous expliquer les conditions de vie ou les billets de banque qu’il sortira à votre intention, dès la moindre demande.

 

Partage et simplicité. Telle est leur devise.

Plaisir et estime. Telle sera la votre.

 


 

commentaires {0} - Ajouter un commentaire
Publié à 22:15, le 28 mai 2009, orénoque
Mots clefs : Olivier DehorterJosé HernandezAlain KimLaurent BrucyPhilippe Lesné

Page précédente Page suivante

Rubriques
- 1 Preface
- 2 Martinique
- 3 Tobago
- 4 Orénoque et Légendes
- 5 Orénoque Curiapo
- 6 Orénoque Puerto Ordaz
- 7 Trinidad
- 8 Grenadines
- 9 Vie à bord
- aparté
- Bêtisier
- Remerciements
- Telecharger le pdf

Accueil
Qui suis-je ?
Livre d'or
Album photos


Le blog de Laurent Brucy
Un ruban vert pour la Guyane
Le tour du monde de Cécile
L'Happyculteur
Amnesty International
Le blog de Philippe Lesné

La carte des lieux visités





Mon itinéraire
Archives
Mes amis
Derniers articles
- Préface
- Au Commencement étaient les filles
- Jour 5 - Venezuela - Présentation du Levant
- Jour 1 - Fort-de-France (Martinique) - Envie d'épices
- Jour 1 - Martinique: Accepter les bonnes choses




Newsletter

Saisissez votre adresse email