Au Pays des Humains Une Croisière sur l'Orénoque

Comment j'ai profité des installations d'un navire de luxe pour approcher les méandres du fleuve Orénoque au Vénézuela, les plages enchanteresses des Iles Grenadines, la beauté de la mangrove à Tobago, et partir à la découverte d'Humains...

Jour 2 - Man of War Bay -Tobago : Respirer, goûter et vivre

Publié dans 3 Tobago


Je roulais sous ma langue la fève de cacao que Laurent venait de m’offrir. J’en décollais lentement la pulpe acidulée et m’attardais sur la peau lisse et brune du dessous. A mes côtés, Cécile et Valérie faisaient de même. Nous venions de pénétrer le parc des Chutes d’Argyle, ancienne plantation de cacao reconvertie en parc national.

            

Ici se terminait la route qui nous avait amenés depuis Charlotteville, déroulant son ruban de bitume le long de villages et d’administrations en bois, et qui s’ornerait sur le retour  de groupes joyeux et colorés d’écoliers en uniforme.

Après un déjeuner de rêve sur le pont ensoleillé du Restaurant panoramique du Levant, nos jambes freluquettes prenaient plaisir à s’ébrouer sur le sol de la République de Tobago.

Déposés sur les sommets de l’île par la magie motrice d’un véhicule autochtone, Valérie, Cécile, votre conteuse et quelques vingt autres bipèdes curieux, glissions sur le chemin des Chutes, rendu boueux par les pluies récentes et bienfaitrices.

Une végétation généreuse respirait autour de nous, abritant en son sein  courageuses fourmis et Mot Mot virevoltants.

Posant sur une branche non loin d’une mangeoire, une boule de plumes colorées se laissait mitrailler par un essaim d’admirateurs numériquement équipés.

Non loin de là, deux jeunes caïmans à lunettes se moquaient dans leur mare (= se marraient) !

Plantes épiphytes et cabosses égarées surveillaient notre progression.

Les bords du chemin, ravinés par les pluies, laissaient apparaître les racines des plantes  et le plaisir que nous ressentions.

Baguenaudant entre nos sémillants naturalistes et leurs packs d’admirateurs, j’allais mon chemin vers le murmure des eaux.

Une ornière affamée essaya bien de garder en elle mon soulier, mais ma farouche volonté eut bientôt raison des dangers de cette forêt apprivoisée.

Enfin, le chemin de terre se fit roche. Je levais les yeux vers les gradins de la cascade promise.

Son bassin généreusement remplit nous empêchait d’aller plus loin. Valérie et Cécile passèrent de mains en mains afin de le traverser et de nous ramener bruits et saveurs, pendant que je décidais de rester sur la berge première en compagnie d’une garde de ce parc luxuriant qui avait confectionné des rouleaux de cacao et les vendaient.

Le chemin du retour fut… comment dire… délicieux...

(à suivre…)

commentaires {0} - Ajouter un commentaire
Publié à 23:00, le 24 juin 2009, Charlotteville
Mots clefs : Carole PieroniValérie JaubertCécile Damecourcacao

Page précédente Page suivante

Rubriques
- 1 Preface
- 2 Martinique
- 3 Tobago
- 4 Orénoque et Légendes
- 5 Orénoque Curiapo
- 6 Orénoque Puerto Ordaz
- 7 Trinidad
- 8 Grenadines
- 9 Vie à bord
- aparté
- Bêtisier
- Remerciements
- Telecharger le pdf

Accueil
Qui suis-je ?
Livre d'or
Album photos


Le blog de Laurent Brucy
Un ruban vert pour la Guyane
Le tour du monde de Cécile
L'Happyculteur
Amnesty International
Le blog de Philippe Lesné

La carte des lieux visités





Mon itinéraire
Archives
Mes amis
Derniers articles
- Préface
- Au Commencement étaient les filles
- Jour 5 - Venezuela - Présentation du Levant
- Jour 1 - Fort-de-France (Martinique) - Envie d'épices
- Jour 1 - Martinique: Accepter les bonnes choses




Newsletter

Saisissez votre adresse email